Le professionnalisme dans le design : état des lieux – Partie 2

Dans notre série portant sur le professionnalisme dans le design, après avoir fait le point dans la première partie de cette série, nous allons dans ce post, plonger au cœur du problème.

La source de la frustration

Il m’arrive souvent d’avoir des conversations avec des designers de tous grades ; en agence, en interne dans des entreprises, et du monde indépendant. La caractéristique la plus commune de ces conversations est la frustration qu’ils éprouvent vis-à-vis des composants compromis de la vie professionnelle. J’ai constaté que la quasi-totalité de leurs frustrations est dirigée contre le client ou la culture d’agence/entreprise.

Ce sont des choses sur lesquelles nous avons chacun pour sa part, un contrôle complet.

Bien que le développement professionnel insuffisant, les normes internes fragiles, et les mauvais comportements nous amènent à placer le blâme ailleurs, comme si nous étions simplement des pions dans un jeu inaccessible joué par des gens bien meilleurs que nous.

post-climbing-ladder

Ce faisant, nous forgeons notre propre irresponsabilité, qui devient alors un élément important de notre travail et la référence principale de ses résultats.

Mon temps passé à parler avec certains de mes pairs et surtout avec mes étudiants révèle que la plupart des designers ont peu ou pas d’idée de ce que signifie être un professionnel ou même ce que sont les caractéristiques d’une profession, ou comment ces caractéristiques comprennent autre chose que la vocation moyenne.

Lire la suite sur Lotin Corp.